Élections régionales de 2021 en Île-de-France

A l’occasion des élections régionales (et départementales) qui auront lieu les 20 et 27 juin prochains, les franciliennes et les franciliens seront amenés à désigner les 209 conseillères et conseillers qui composent l'assemblée du conseil régional d'Île-de-France.


Contrairement aux départements et aux communes, mis en place au sortir de la Révolution française, les régions sont des collectivités territoriales relativement récentes qui sont nées du besoin de lutter contre les inégalités entre territoires, et notamment de la place considérable occupée par la région-capitale dans l'Hexagone et que dénonce le célèbre ouvrage du géographe Jean-François Gravier, « Paris et le désert français », paru en 1947. Cette dichotomie entre Paris et le reste de la France invite donc à repenser les politiques d’aménagement du territoire et à agir en faveur de la décentralisation des pouvoirs économiques et politiques au nom de l'efficacité et du mieux-être des populations, notamment au sein de « métropoles d’équilibre » qui contribuent à répondre aux besoins d'espace, de nature, de fuite de la saturation urbaine... Mais également aux problématiques de logement, de transport et de pollution, et ce, malgré l'attraction des nouvelles métropoles régionales avec lesquelles la Région Île-de-France est désormais en concurrence.



1. La Région Île-de-France en quelques chiffres...


Composée de 8 départements et 1 276 communes, la Région Île-de-France accueille une population de 12,2 millions d’habitants, soit 18% de la population française métropolitaine. Néanmoins, « La croissance démographique francilienne s’explique uniquement par un fort excédent des naissances sur les décès, les départs des habitants de la région étant toujours supérieurs aux arrivées. Paris continue de perdre des habitants [...] » - INSEE.


Sur le plan économique, l’Île-de-France est la première région économique française et l’une des premières au niveau européen avec un PIB qui représente environ 31 % de la richesse nationale et près de 4,6 % du PIB de l’Union européenne. Premier bassin d’emploi européen, la région est également la première région touristique mondiale. Par ailleurs, avec 1 742 lignes de bus et 1,6 milliard de voyages par an sur les 16 lignes de métros, et presque autant sur les 13 lignes de trains régionaux et de RER, le réseau de transport en commun d'Île-de-France compte parmi les plus denses du monde.


En outre, avec plus de 700 000 étudiants et près de 90 000 apprentis, la Région Île-de-France concentre 23,8 % des effectifs universitaires français, dont 10,6 % à Paris. Par ailleurs, le financement de la recherche et technologie et de l’enseignement supérieur est très largement porté par la région dont la part représente jusqu'à 25% de l’ensemble des financements réalisés par les collectivités, soit environ 130 millions d'euros en 2021.


Enfin, les espaces ruraux font partie intégrante du paysage régional et représentent plus de 75% du territoire francilien, dont 25% d’espaces boisés et près de 50% de terres agricoles, à dominante céréalière. Premier bassin national de consommation alimentaire, la région accueille également le Marché d’Intérêt National (MIN) de Rungis, qui est le plus important marché agro-alimentaire au monde avec un chiffre d’affaires, en 2019, de 9 milliards d’euros.


(pour en savoir plus : Chiffres-clés de la région Île-de-France 2020)



2. Les compétences des régions


En synthèse, les conseils régionaux ont pour mission de contribuer au développement économique, social et culturel de la région. En effet, l'article L4221-1 du code des collectivités territoriales dispose que « [Le conseil régional] a compétence pour promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique de la région, le soutien à l’accès au logement et à l’amélioration de l’habitat, le soutien à la politique de la ville et à la rénovation urbaine et le soutien aux politiques d’éducation et l’aménagement et l’égalité de ses territoires, ainsi que pour assurer la préservation de son identité et la promotion des langues régionales, dans le respect de l’intégrité, de l’autonomie et des attributions des départements et des communes.». - Légifrance.


  • Les transports : gestion des ports et des aéroports, des Trains Express Régionaux (TER), des gares publiques routières…


  • Enseignement secondaire et supérieur : construction, entretien et fonctionnement des lycées d’enseignement général et des établissements d’enseignement agricole...


  • La formation professionnelle, apprentissage et alternance : insertion des jeunes en difficulté, formation des demandeurs d’emplois et des publics spécifiques (détenus, handicapés, illettrés...), gestion de l’apprentissage et des formations en alternance...


  • L’aménagement du territoire et l’environnement : gestion des déchets, des parcs naturels régionaux, du plan régional pour la qualité de l’air, de l'implantation des différentes infrastructures d’intérêt régional, de désenclavement des territoires ruraux, d’habitat, de développement des transports...


  • Le développement économique : animation des pôles de compétitivité, aides au tissu économique, aides aux entreprises, soutien à l’internationalisation, aides à l’investissement immobilier et à l’innovation des entreprises...


  • La gestion des programmes européens, agriculture : autorité de gestion des fonds européens, pilotage des politiques agricoles...


Et des compétences partagées avec les communes et les départements : Sport & Culture, logement, tourisme, santé...






86 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout